Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 
Logo Pokémon JeuxOnLine

Dernières actualités

Ce que l'annonce de Pokémon Ultra Soleil et Ultra Lune nous apprend

Ecrit par Alandring le 08 juin 2017 à 12:58 : 24 commentaires

L'annonce de Pokémon Ultra Soleil et Ultra Lune pour le 17 novembre prochain exclusivement sur 3DS a pu donner l'impression d'un troll. En effet, les rumeurs espéraient que la licence de Game Freaks arriverait sur Switch, ce qui n'est le cas que par l'intermédiaire de Pokken Tournament DX. Pourtant, cette annonce pourrait cacher plus de choses qu'on ne le croit.


Rappel des faits

Commençons par expliquer pourquoi Nintendo n'est pas libre de choisir l'avenir de la licence Pokémon. Si elle en est l'éditeur, la firme de Kyoto ne possède pas entièrement les droits de la franchise. Ceux-ci appartiennent à la Pokémon Company, dont les droits sont également répartis entre trois entités : Nintendo, mais aussi Game Freaks (développeur des jeux) et Creatures Inc. (responsable des produits dérivés). Cette situation a pour but de s'assurer que la Pokemon Company privilégie le pognon l'intérêt de la franchise à celui des consoles du constructeur.

Pokémon Company

La marge de manoeuvre de Nintendo est donc très réduite. Ce dernier peut imposer que la licence ne sorte que sur ses supports (et désormais aussi sur smartphones), mais pas quel jeu sort sur quelle console. C'est ce qui explique que Pokémon Noir 2 et Blanc 2 sont sortis sur DS plus d'un an et demi après la mise sur le marché de la 3DS, alors que cette dernière aurait bien eu besoin de ces jeux. En somme, la Pokemon Company a privilégié la plateforme sur laquelle elle pouvait faire le plus de ventes. Oui, mais ce n'est pas si simple.

 

Le potentiel commercial de Pokémon Stars

Journalistes et insiders en étaient tous convaincus : Pokémon Stars, troisième version de Pokémon Soleil et Lune, allait sortir sur Switch. Au lieu de ça, Game Freaks a joué la carte du spin-off sur 3DS. Ce n'est pourtant pas si étonnant : si la troisième version d'un titre était habituelle durant les quatre premières générations, cette pratique n'est plus réapparue depuis. Plusieurs théories peuvent exister à ce sujet, mais le plus logique serait de douter du potentiel commercial d'un tel jeu, reprenant en grande partie ceux déjà sortis. En-dehors des fans extrêmes de la série, l'achat ne se justifie pas véritablement.

 

Plus encore, quand bien même les ventes seraient bonnes, ce ne serait pas un system seller. En effet, les fans de la licence Pokémon possèdent la 3DS et ont joué à Pokémon Soleil et Lune. Une troisième version d'un jeu qu'ils possèdent déjà ne les convaincra pas d'acheter une nouvelle console.

 

Vivre en HD

Si le potentiel commercial n'était donc pas certain, ce portage posait d'importantes difficultés techniques. Tout d'abord, il aurait fallu porter le nouveau moteur sur la nouvelle console de Nintendo. Étant donné les différences techniques entre la 3DS et la Switch, ce n'est pas simple du tout ; créer un nouveau moteur pour la Switch est peut-être plus simple que de porter celui utilisé par Pokémon. De plus, les graphismes du titre auraient dû avoir une sérieuse amélioration, sous peine de choquer une fois affichés sur grand écran.

Pokken Tournament

Enfin, le game design aurait également dû être adapté. Premièrement, l'absence de double écran force à repenser le fonctionnement du jeu, même si la licence Pokémon tire très peu partie de cette fonctionnalité de la 3DS. Deuxièmement, Game Freaks répète régulièrement qu'il n'imagine pas sa licence sur console de salon ; le développeur aurait peut-être souhaité introduire des modifications dans le gameplay pour rendre l'expérience plus agréable. Le portage aurait donc représenté un coût important, pour un bénéfice discutable. À l'inverse, celui de Pokken Tournament, déjà sorti sur Wii U, est beaucoup plus simple à réaliser et donc moins coûteux.

 

Une question de timing

Ce d'autant plus que le problème actuel de la Switch n'est pas son catalogue de jeux, mais ses stocks. Grâce à l'abandon de la Wii U et à une activité très réduite sur 3DS, Nintendo a pu préparer de nombreuses cartouches pour le lancement de sa nouvelle console, permettant de tenir le rythme d'un jeu par mois. Son line-up de fin d'année est déjà bien rempli, entre Super Mario Odyssee, Xenoblade Chronicles X, Mario + Rabbids Kingdom Battle et, surtout, Fire Emblem Warriors.

Fire Emblem Warriors

C'est d'autant plus vrai au Japon. Oui, Pokémon est une des licences les plus fortes sur ce territoire. Cependant, Nintendo peut déjà compter sur Splatoon, Monster Hunter XX, Dragon Quest XI et Super Mario Odyssee ; cela suffira déjà largement pour écouler les stocks de Switch jusqu'à Noël. Nintendo n'a pas besoin de titre pour cette année 2017, mais plutôt de gros titres pour l'an prochain, afin de renouveler son offre.

 

La 3DS est morte, vive la 3DS

De même, Nintendo est un peu coincé en raison de la situation ambiguë de la 3DS. Celle-ci est vouée à être remplacée par la Switch ; elle a largement fait son temps et Nintendo ne peut nourrir de front deux consoles. Cependant, tout miser sur la Switch aurait été risqué : en cas d'échec de la console, Nintendo aurait essuyé des pertes importantes.

 

Aussi, le constructeur a choisi de prendre un risque modéré : pendant que tous ses gros studios travaillent sur des jeux Switch, de petits projets sortent sur 3DS. L'exemple le plus flagrant est Fire Emblem : pendant qu'Intelligent Systems travaille sur un nouvel opus prévu sur Switch, une autre équipe du studio a sorti un remake de Fire Emblem Gaiden, intitulé Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia. Le contenu de ce titre est faible, permettant un développement rapide et facile.

Fire Emblem Echoes

Pour Pokémon, il en est peut-être de même. Pokémon Ultra Soleil et Ultra Lune ne sont ni une nouvelle génération ni un remake d'un ancien titre entièrement remis au goût du jour. C'est probablement le développement le plus paresseux possible, puisque de nombreux éléments de Pokémon Soleil et Lune peuvent être réutilisés. Pendant ce temps, Game Freaks peut sereinement travailler sur un tout nouveau jeu Pokémon, prévu pour fin 2019 sur Switch.

Ainsi, tout le monde est content. Nintendo aura un gros titre fin 2019, lorsque ce sera nécessaire pour sa console. En attendant, il dispose d'un titre pouvant soutenir les ventes résiduelles de 3DS. De son côté, Game Freaks dispose d'une solution facile et rapide de se faire beaucoup d'argent, en capitalisant sur la popularité de Pokémon Soleil et Lune, qui sera bientôt le jeu le plus vendu de la Nintendo 3DS.

 

Ou alors, Game Freaks et Creatures Inc. s'en fichent juste de la Switch

Si elle ne concorde pas avec les rumeurs, cette stratégie semble donc logique, même s'il est toujours plus simple d'analyser les évènements après en avoir pris connaissance. Cependant, il y a une autre possibilité : que Game Freaks campe sur ses positions et refuse de sortir ses jeux principaux sur une console de salon. Ainsi, le prochain opus ne sortirait pas sur Switch, mais à nouveau sur 3DS... Espérons que ce ne soit pas le cas.